Construction d’une église à Gandado (au Burkina Faso)

Soutenez la construction d’une église au Burkina Faso, en lien avec le père Christophe Valéa, curé de la paroisse Saint-Martin en Pays de Guichen. Dans le village de Gandado, diocèse de Koudougou.

Réduction d’impôt

Si vous êtes imposable, vous pouvez déduire de votre impôt sur le revenu 66% de votre don.
Donc, si vous voulez donner 100 €, vous pouvez verser 295 € (car 195 € seront déduits de vos impôts).
> En savoir plus

UGS : C0045902 Catégorie :

Description

Le père Christophe VALEA, présent dans le diocèse de rennes, raconte l’histoire particulière du village de Gandado et explique le besoin de construire cette église.

Burkina Faso

Le plan et des vues en perspective de la future église de Gandado.

Le village de Gandado (3000 habitants) est situé au nord du Burkina Faso dans la province du Passoré, avec pour chef-lieu Yako (50 000 habitants).

Pour s’y rendre, à partir de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, il faut prendre la route du nord sur l’axe Ouagadougou – Ouahigouya. Après 100 kms de route bitumée jusqu’à Yako, il faut s’orienter ensuite vers le Sud et affronter 20 kms de piste villageoise avant d’apercevoir Gandado au creux d’une chaine de collines.

Quand bien même ce village vous apparaîtra sans aucun prestige, tout comme Nazareth, il couve tout de même un passé élogieux sur un homme : Robert, qui, poussé par l’Esprit Saint, a eu le courage de tout quitter et de tout sacrifier pour le Christ en accueillant les missionnaires de l’évangile. Il l’a payé de sa vie, comme premier converti à la foi au Christ dans ce village. En guise de représailles à son entêtement à devenir chrétien, il a été empoisonné par son propre frère qui croyait si bien faire… Dans ce village on évite d’en parler car les fils et les petits-fils de ce dernier sont tous devenus chrétiens et il s’agit d’une même famille. Nos pères, qui ont été témoins oculaires de cette tragédie, ont bien mal à oublier mais ont pardonné de tout cœur. Quant aux petits-fils et arrières-petits-fils, par soucis d’unité dans la famille, ils évitent d’évoquer ce sujet qui fâche quand toute la famille est présente.

Robert n’aura peut-être jamais son nom inscrit au martyrologe officiel de l’Eglise, mais qu’à cela ne tienne : combien sont-ils qui, dans l’anonymat total, ont eu à donner leur vie au Christ dans une oblation lumineuse comme lui ? Robert est devenu, là-bas aussi, « une semence de chrétiens » !

Dans ce village, la paroisse Saint Jean-Marie Vianney de Yako a installé un catéchiste. Mais il n’y a pas d’église où il peut remplir son ministère de la parole et de la prière quotidienne avec son peuple, voire des célébrations mensuelles de l’Eucharistie ! Avec une église, il leur sera aussi possible d’avoir en permanence la présence réelle du Christ, pain de vie.

A chaque visite, les habitants de Gandado vous « cassent les oreilles » au sujet de leur église. Le récent voyage de notre Archevêque, Mgr Pierre d’Ornellas, a été pour eux une occasion de venir jusqu’à lui pour lui faire entendre leur soif. Et je crois savoir qu’il a bien entendu et mesuré leur soif d’avoir une maison pour le Seigneur. Je l’en remercie personnellement et par l’Archevêque, je dis merci à tous ceux qui entendront cet appel à l’aide, pour faire de leur rêve une réalité.

BARKA ! C’est-à-dire MERCI en langue mooré.

Père Christophe VALEA

Étant allé moi-même à Yako, je voudrais tant qu’une église soit construite au village du père Christophe !
MERCI de votre don. C’est important !
+ Pierre d’Ornellas

 

BUDGET

– Le montant des travaux est estimé à 50 000 €.
– Aide demandée au diocèse de Rennes : 30 000 € (environ 60 %)